Veille collaborative : Favoriser la participation de tous

Nous présentons ici trois nouvelles propositions, pour remettre la dimension humaine au centre des dispositifs de veille collaborative, en écho à notre enquête (cliquez ici) auprès d’un panel de dirigeants français.

 

1- Susciter un questionnement adapté et une réflexion collective tournée vers le futur

Lorsqu’il est question d’information de terrain, l’intelligence artificielle ne fait pas tout. Dans ce cas, la création de sens repose autant sur la perception que sur l’imagination. Elle suppose un questionnement adapté, la confrontation des expériences, et la médiation collective pour repousser les limites de l’interprétation individuelle.
Un des enjeux majeurs de la veille collaborative est donc bien de susciter et faire émerger, au sein de réseaux collaboratifs, une intelligence collective permettant de déceler dans l’information recueillie la trace ou les précurseurs de changements décisifs.
 

2- Articuler la veille stratégique avec le management des connaissances

Pour réussir dans l’économie du savoir, les entreprises doivent en permanence créer de nouvelles connaissances leur permettant de dégager des avantages concurrentiels. Dans le cadre d’une veille collaborative, il est essentiel que les informations acquises à l’extérieur, soient transformées en connaissances tacites utiles, venant enrichir le patrimoine immatériel de l’entreprise.
Capitalisées au sein de bases de connaissances, elles peuvent alors être mises à disposition, et le cas échéant adaptées en fonction des besoins des services.
 

3- Favoriser la participation de tous et l’accompagner sur un plan managérial

Dans un dispositif de veille collaborative, chaque service fait part de ses besoins de recherche à la cellule de coordination.  Mais la coordination de la veille, passe elle aussi commande auprès des réseaux de capteurs en contact de l’environnement, afin que chaque collaborateur participe, à son niveau, à une recherche guidée par un plan de renseignement ciblé. Une réelle collaboration doit rester volontaire et ne peut être contrainte.
Toutefois la participation de conviction n’empêche en aucun cas une forte incitation de la part du management auprès des collaborateurs : fixation d’objectifs spécifiques pris en compte et évalués dans le cadre du système d’appréciation et de rémunération.
 

A lire également (cliquez ci-dessous)
La première partie de ce billet : remettre l’humain au centre des dispositifs de veille
Quatre raisons qui conduisent les dispositifs de veille dans l’impasse
Intelligence stratégique : signaux faibles et angles morts
 
Pour aller plus loin :
– Pierre Achard – La dimension humaine de l’intelligence économique – Hermes – Lavoisier 2005
– Gilles Balmisse et Denis Meingan – La veille 2.0 et des outils – Hermes Lavoisier 2008
Humbert Lesca – L’animation de la veille stratégique- Hermes – Lavoisier 2010
 

Veille collaborative - remettre l'humain au centre du dispositif

Veille collaborative – remettre l’humain au centre du dispositif

Savoir décider dans l’incertitude : la qualité des managers de demainL’ intelligence stratégique modèle de management du futur ?

Laissez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *